Vous êtes un écrivain, et votre rêve est de sortir un ouvrage qui non seulement plaira au lecteur, mais dont vous serez également fier(e). Cependant, trouver une bonne maison d’édition reste une tâche difficile, surtout quand on n’est pas JD. Salinger. Pourtant, il est possible de contenter le grand public par le biais de l’auto-édition. Pour y arriver, le concours d’un imprimeur est nécessaire pour magnifier votre manuscrit. Si vous voulez en savoir plus sur le processus de l’auto-édition et les critères de sélection d’un bon imprimeur, nous vous invitons à achever la lecture de cet article.

Qu’est-ce que l’auto-édition ?

L’autoédiction ou auto-édition est le fait pour l’auteur d’être impliqué dans tout le processus d’édition de son livre. À cet effet, il décide de tout et doit s’occuper de sa promotion et de sa publication en mettant en place une stratégie. Pour cela, il a le choix entre s’en occuper personnellement ou confier une partie ou la quasi-totalité du travail à une personne ressource comme un graphiste, un imprimeur ou un correcteur.

Généralement, les auteurs auto éditeurs se retrouvent sur les plateformes numériques qui demeurent leur lieu de vente de prédilection. Cependant, il arrive qu’ils proposent un format papier pour leur livre, et dans ce cas, un service d’impression est nécessaire. Il faut noter que les formats papier permettent aux auteurs de mieux vendre leurs œuvres.

Pourquoi l’auto-édition ?

Aujourd’hui, l’auto-édition attire un nombre croissant d’auteurs. En outre-Atlantique et chez les Britanniques, le phénomène connait un boom sans précédent. Pour beaucoup, le désir de se faire connaitre prévaut sur celui de vendre. De plus, la réalité peu reluisante des auteurs publiés par les maisons d’édition classiques a tôt fait de rebuter les nouveaux auteurs. L’attraction pour l’auto-édition s’explique aussi par la simple envie d’écrire. On ne saurait ignorer l’incapacité des maisons d’édition classiques à répondre aux besoins de ces auteurs. Par ailleurs, il a été constaté que l’auto-édition peut être lucrative. C’est une technique de microédition qui vous permet de gagner un pécule considérable, à contrario d’une impression à compte d’éditeur.

L’auto-édition offre également à l’auteur une liberté dans son art. Il garde tous les droits sur son œuvre, n’étant pas contraint de conclure un contrat avec une maison d’édition classique. L’auteur auto éditeur connait toutes les étapes de publication de son livre.

En outre, le circuit de l’auto-édition attire de plus en plus d’auteurs déçus par les mauvaises expériences ayant eu lieu avec les maisons d’édition classiques. Notons aussi que les profils intéressés par l’auto-édition sont en majorité les auteurs débutants souhaitant avoir aisément un lectorat important. Mais, le secteur attire aussi les auteurs désireux de plus d’indépendance et les étudiants ayant à cœur la correction et la mise en page de leur mémoire.

Les auteurs auto éditeurs à succès

De nombreux auteurs ont su atteindre leurs objectifs à travers la technique de l’auto-édition en se faisant une place de choix aussi bien sur la scène médiatique qu’avec le public. Il s’agit de la très célèbre E.L James, auteure de la saga (cinquante nuances de Grey) qui a connu un grand succès sur un site d’auto-édition numérique et qui a fini par être publiée par une grosse maison d’édition. On note également des auteurs comme Jean Paré, Jacques Vandroux qui a surtout fait la promotion de l’auto-édition à travers des articles à ce sujet. Toutefois, au-delà de la liberté dont disposent les auteurs d’avec cette méthode, d’autres avantages justifient l’intérêt de l’auto-édition.

Les avantages de l’auto-édition

Si l’auto-édition nécessite un certain savoir-faire, des personnes de confiance qualifiées et soucieuses de la réussite de ce projet, elle permet à l’écrivain de gérer et maitriser toutes les étapes conduisant à la publication de son livre. De plus, elle lui permet, une fois déduits les frais d’impression et de livraison, de bénéficier du gain des ventes. Par ailleurs, l’auto-édition constitue un eldorado pour les livres qui ont été rejetés par les maisons d’édition traditionnelles. Elle permet aussi aux écrivains :

  • D’être visibles et de publier des livres indépendamment de la thématique ;
  • D’éditer leur livre à moindre coût ;
  • De fixer eux-mêmes le prix de leur livre ;
  • D’évoluer à leur rythme ;
  • De conserver leurs droits d’auteurs ;
  • D’être libres sur le plan contractuel ;
  • De ne pas avoir à supporter le stress d’une sélection ou d’un rejet d’un éditeur ;
  • De maitriser le délai de publication ;
  • D’avoir la possibilité d’être repérés par la suite par une maison d’édition classique.

Quel est le principe de l’auto-édition ?

L’auto-édition est très simple. Avec cette technique, l’auteur peut éditer sans l’aide d’un intermédiaire son livre. Il a à charge tous les frais qui courent de l’écriture à la distribution de l’ouvrage. L’auteur auto éditeur ne confie pas à un prestataire les étapes de publication de son ouvrage, car il est l’initiateur.

Une fois l’ouvrage écrit, l’auteur éditeur s’occupe de la correction de son œuvre, de sa mise en page, de la conception de la couverture et du choix de l’imprimeur. L’auto-édition permet également à l’auteur de s’occuper des formalités administratives relatives au régime juridique en cours, au circuit de distribution, à la vente et à la promotion de son ouvrage.

Pour un ouvrage en papier, l’auteur auto éditeur s’occupera aussi du suivi d’impression, du stockage et des envois postaux. Mieux, il s’adressera éventuellement dans ce cas particulier à un professionnel.

Comment réussir l’auto-édition de son livre ?

L’auto-édition nécessite des étapes simples qui ne demandent qu’un peu d’expertise. Pour réussir l’auto-édition de son livre, il faudra porter un soin extrême à la correction, la mise en page du livre, la couverture, les formalités administratives, l’impression, la publicité, la diffusion et l’expédition.

En réalité, la correction nécessite un travail très minutieux. Un texte même bien écrit peut comporter des fautes. La présence des fautes empêche le lecteur d’apprécier l’œuvre et diminue sa qualité. De plus, la complexité des règles typographiques nécessite le regard d’un expert, car contraignante pour les prosélytes. À cet effet, il est conseillé de confier son ouvrage après une correction personnelle à un professionnel pour un contrôle supplémentaire. Celui-ci réalisera un traitement complet du texte et détectera les fautes qui ont échappé à votre vigilance.

Puisque les lecteurs sont très attachés à l’esthétique, vous devez veiller à une bonne mise en page de votre ouvrage. Si votre livre auto édité est numérique, n’oubliez pas qu’une mauvaise disposition ou une mauvaise présentation du texte fatigue rapidement l’œil. Ainsi, assurez-vous que la mise en page soit soignée. Pour cela, un logiciel de traitement des textes sera suffisant. Par contre, s’il doit être réalisé en format papier, il vous faudra plus de dextérité. Vous pouvez vous inspirer d’un livre déjà imprimé et qui respecte les règles de mise en page de base : le nombre de lignes par page, la marge autour du texte, la disposition de l’introduction d’un nouveau chapitre, etc.

Ce sont entre autres certaines techniques de base pour réussir son auto-édition.

Quelle est l’importance de l’impression ?

L’impression est l’une des phases finales de votre travail d’écrivain. Elle doit être suivie attentivement et confiée à un professionnel. En effet, l’aspect de votre livre compte énormément. Cet aspect s’explique par le fait que de nombreux lecteurs jugent encore le contenu d’un livre à son aspect physique. Ainsi, même pour un simple tirage, le choix de la couverture, de la qualité du papier et de la reliure doit être étudié avec précaution. De plus, quand bien même certains sites proposent un système d’impression à la demande, notez que moins il y a d’exemplaires, plus le prix à l’unité est élevé.

En effet, le choix d’un bon imprimeur est crucial. L’impression de livres par Copytop est une solution qui peut plaire aux auteurs débutants. Pour vous assurer d’une entente parfaite avec l’imprimeur, effectuez plusieurs visites chez ce dernier pour vérifier l’évolution de l’impression. Toutefois, le choix d’un bon imprimeur nécessite un exercice de comparaison.

Quel imprimeur choisir selon ses objectifs ?

Le tout n’est pas de sélectionner simplement un imprimeur, mais plutôt de faire un choix en fonction du but que vous vous seriez fixé. En effet, on peut écrire un livre pour son propre plaisir, pour acquérir un revenu complémentaire ou pour attirer l’attention d’une maison d’édition.

En réalité, lorsqu’on autoédite un ouvrage, on ne recherche pas au prime abord à faire du livre un bestseller, à plaire à une maison d’édition, ni même à le vendre. On cherche plutôt à réaliser un ouvrage qui nous correspond. Dans ce cas, vous vous retrouvez dans une certaine mesure à la place d’une personne qui veut créer un album avec ses propres photos souvenirs pour mieux les conserver. Il va donc de votre intérêt de choisir un imprimeur qui vous guidera dans la réalisation d’un livre de qualité plutôt qu’une personne qui se concentrera sur votre promotion et réalisera un livre non conforme avec votre style d’écrivain.

Quels sont les critères de sélection d’un imprimeur de livre ?

Pour choisir les meilleures entreprises d’impression, vous devez tenir compte des critères suivants : le coût des prestations, les droits d’auteur, la qualité, la description de l’auteur, les formes et formats, les types d’impressions et la législation.

Le coût des prestations

Une fois la sélection des différents imprimeurs faite, il faut établir le comparatif du coût de l’impression papier en vous inspirant d’un exemplaire en format papier et numérique. Généralement, l’édition numérique est gratuite. En ce qui concerne le format papier, il dépend du choix que vous faites quant au type et à la qualité du papier, au format, au nombre de pages, à la reliure, au nombre d’exemplaires, au mode de livraison… Les prix varient naturellement selon chaque imprimeur et peuvent donc paraitre dans certains cas très couteux. Mais, l’envoi de votre manuscrit aux différents éditeurs a également un coût non négligeable.

Les droits d’auteur

Un auteur publié par le biais du système à compte d’édition a normalement un pourcentage sur les ventes puisqu’il cède une partie de ses droits. Ledit pourcentage varie entre 5 à 12 %. Cependant, l’auto-édition permet à l’auteur de conserver une majeure partie de ses droits dans le cas du livre numérique. Il est donc important de connaitre la part de droits d’auteurs que l’imprimeur souhaite recevoir lorsque l’on souhaite vendre des livres en papier chez le libraire.

La qualité

La réussite de l’impression de votre œuvre dépendra des compétences de l’imprimeur choisi. Ainsi, vous devez vous assurer que votre imprimeur propose une réelle assistance technique en matière d’impression papier. Cette qualité doit aussi prendre en considération la matière du papier utilisé. Le suivi de fabrication étant fondamental, n’hésitez pas à demander des échantillons pour décider du papier convenable pour votre ouvrage.

La description de l’auteur

Un imprimeur se distingue par sa capacité à vous mettre en valeur. Ainsi, vous devrez porter un soin particulier sur la présentation qui sera faite de vous sur le livre. C’est un exercice difficile, car il faut pouvoir présenter l’auteur sous son bon jour et le rendre accessible et sympathique à l’égard du lectorat.

Les formes et formats

On ne peut imprimer un livre sous un format fantaisiste. En réalité, certains formats existent. Nous avons entre autres le format A4 qui est destiné aux revues, magazines et encyclopédies ; le format A5 qui concerne le roman et est souvent le livre de poche ; le format carré qui convient aux livres pour enfants et le « 160x240mm » qui est un format de grand livre que l’on voit dans les bibliothèques.

Les types d’impressions

Deux types d’impressions s’offrent à l’auteur auto éditeur. Il s’agit de l’offset ou impression par rouleaux et de l’impression numérique. L’un implique une plus grande absorption de l’encre, mais avec des couleurs vives. Si votre ouvrage comporte des photos ou des illustrations, c’est le type d’impression conseillé. Quant à l’autre, il offre un fini intéressant. Il est plus lustré et a un cachet ancien qui plait au lecteur. Toutefois, l’encre y est plus fragile.

La législation

Ce critère est non négligeable en matière d’impression. Il concerne le numéro ISBN et est une formalité qui permet de repérer aisément le livre. Ce numéro international d’identification permet une référence unique dans l’édition. Pour une distribution en grand nombre, l’ISBN est nécessaire.

Comment faire la promotion de son livre ?

L’impression de votre ouvrage marque la fin de sa réalisation. Pour vous assurer une notoriété, il faut en faire la promotion.

On peut faire une promotion d’ouvrage et de l’écriture un métier à temps plein. Il faudra outre les moyens de communication classique, faire des réseaux sociaux ses alliés principaux. Il n’est pas rare de voir des auteurs célèbres publier des posts réguliers sur Twitter, Instagram ou Facebook. Ces différents réseaux sociaux sont le vivier d’un lectorat jeune et branché ayant un rapport différent avec les livres. Comme ces auteurs, vous pouvez utiliser l’impact des médias sociaux pour atteindre une cible plus large.

On retient que l’auto-édition est une technique salutaire qui permet à l’écrivain de contrôler le processus de réalisation de son œuvre, d’en être le maitre absolu et d’en conserver les droits d’auteurs. En cas d’impression, il est judicieux de désigner le bon prestataire pour un format papier ou numérique de grande qualité. Pour les futurs auteurs, l’auto édition représente l’alternative la moins coûteuse et offrant une grande liberté dans la conception de leur ouvrage. Elle est une technique qui a fait ses preuves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here